• Tome 2

    Chapitre 1 - Narrateur : Nana Komatsu

    Dis, Nana. Tu te souviens de notre rencontre ? Moi je suis plutôt du genre. À croire à ce que l'on appelle le destin. Alors pour moi, c'est un effet du destin. Tu peux en rire.
    Quand j'y pense, c'était quasiment une fugue. Mais il paraît que ça n'a pas trop étonné mes pârents. À la maison, il y avait aussi mes deux soeurs, une de deux ans de plus que moi, l'autre de deux ans de moins, et nous étions une famille bien bruyante. De plus, à cette époque, jour et nuit, je répétais sans cesse "je veux aller à Tokyo", "je veux vire à Tokyo, alors... Peut-être mes parents ont-ils été soulagés de voir l'une de leurs bavardes de fillers quitter le foyer. La tristesse qu'on éprouve en quittant sa famille... Le sentiment d'abandonner la ville où l'on a vécu durant vingt ans... À l'époque, tout cela ne m'a même pas éffleurée. J'étais tellement contente de pouvoir partir à Tokyo. Mon esprit débordais d'espoir et d'attentes.
    Tu te souviens de notre rencontre ? Dehors, une tempête de neige... Alternativement, le train roulait puis s'arrêtait. Et finalement, le trajet a duré cinq heures. Pourtant, je ne me suis pas ennuiyée une minute. Toutefois, je ne faisais que parler de moi. Et je ne t'ai rien laissé me dire sur toi, Nana. Mais ces choses personelles, je pense que tu aurais tout fait pour ne pas en parler.
    Cet immeuble qui avait été construit bien avant ma naissance. Etait, dions "haut en couleurs"... D'une architecture plutôt occidentale, il m'a tout de suite plu. Son seul défaut : 7e étage sans ascenseur. Ayant grandi à la campagne. J'ai ressenti un grand attrait. Pour ce coin de verdure, au bord d'un fleuve.
    Dis Nana, on a souvent regardé la lumière scintiller sur le fleuve, assises toutes les deux sur la rive... La mélodie que tu fredonnais alors. Chante-la moi encore.

    Chapitre 2 - Narrateur : Nana Komatsu

    Même moi qui suis très rêveuse. Je n'avais pas imaginé pouvoir. Rencontrer de nouveau cette fille. Dont je ne connaissais que le prénom.
    Bizarrement, à ce moment, j'étais sur le point de pleurer. Je ne saurais pas bien dire pourquoi. La main que tu m'as tendue, Nana, était extraordinairement chaleureuse. Et cette chaleur m'est allée droit au coeur.
    C'est ainsi que ma vie avec Nana... A pu commencer sans problème (à mon sens).
    À cette époque, je venais d'arriver à Tokyo... J'avais des tonnes d'inquiétudes comme : est-ce que j'arriverai à avoir une vie active... Est-ce que je resterai toujours avec Shôji... Mais quand j'ai commencé à vivre avec toi, Nana, je n'avais ni question ni inquiétude, tu sais. Toutefois, je ne saurais... ...Toujours pas bien dire pourquoi.

    Chapitre 3 - Narrateur : Nana Komatsu

     Vivienne Westwood. Les Sex Pistols. Les Seven Stars. Le café avec du lait. Les gâteaux aux fraises. Ainsi que les fleurs de lotus. Les choses que tu aimes ne changent pas, Nana. Et tout ça me semblait très classe à moi qui suis influencée par les goûts des autres.
    Cet avocat à tête rasée que Nana appelait yasu... J'étais persuadée que c'était son petit copain ou un quelque chose du genre. Nana m'a mis les points sur les "i".
    J'ai monté les sept étages d'une traite et quand j'ai ouvert la porte... Alors que le lit, le matelas... Tout était là. Nana dormait enroulée dans une couverture, à côté du poêle.
    Dis, Nana. Tu es comme un chat sauvage qui n'en fait qu'à sa tête, tu es très fière et libre, mais... Tu portais une blessure incurable, moi qui suis candide, j'admirais aussi cet aspect de ta personnalité. Sans savoir combien tu souffrais.

    Chapitre 4 - Narrateur : Nana Komatsu

    Sur le bras de Nana, le tatouage d'une fleur de Ren rouge. Evidemment, à l'époque, je ne pouvais pas en comprendre la signification.
    Ce qui s'est passé cette nuit... Même maintenant, je ne peux vraiment pas l'oublier. Sur ce morceau sans paroles, Nana a chanté en une sorte d'anglais revisité. C'était comme si l'on me jetait un sort étrange. J'étais hypnotisée par cette voix.
    Notre table pour scène. Un portable pour micro. Un croissant de lune pour éclairage. Il n'y a que toi au monde, Nana, qui puisse utiliser une telle magie. J'en suis encore persuadée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :